« Il faut baisser les coûts » Pacôme Révillon, président du directoire d'Euroconsult

La Parisien | le 1 décembre, 2014

>> View original article (French only)

Euroconsult est une société d'analyse et de conseil spécialisée dans hautes technologies, avec notamment une forte expertise dans le domaine de l'espace.

L'Europe a-t-elle raison de vouloir faire évoluer la fusée Ariane ?

PACÔME RÉVILLON. Le marché des lanceurs s'est modifié, avec l'arrivée de plusieurs concurrents très compétitifs, capables de proposer des solutions moins chères.

Il faut que l'Europe, qui occupe une position de leader historique, réagisse, avec pour objectif de baisser ses coûts. Le lancement, pour un satellite de télécommunications, représente quand même un tiers du budget !

Les besoins des clients ont eux aussi changé ?

Oui. Nous venons d'assister à une rupture technologique, avec l'arrivée de la propulsion électrique sur les satellites, qui remplace la propulsion avec des carburants traditionnels, plus lourds. Alors que la masse moyenne des satellites était à la hausse, jusqu'à 6 t, grâce à la propulsion électrique, plus légère que les carburants traditionnels, la masse va descendre à 3 ou 4 t. Il faut donc un lanceur plus adapté à cette nouvelle donne. Il y aura toujours des gros satellites, mais la tendance n'est plus à la hausse.

Quel est l'enjeu pour la France ?

Il est important, d'autant que notre pays est l'un des acteurs dominants de la politique spatiale européenne. La France possède des compétences historiques dans ce domaine stratégique, avec des entreprises comme Airbus, Astrium, Safran, etc. Les décisions prises à Luxembourg les concernent au premier chef.